728 x 90

Des jambes fines et galbées !

img

La chirurgie esthétique au secours des jambes
 
Un redrapage cutané des cuisses, pour étirer la peau, peut enlever une partie de la cellulite. Cette intervention laisse toutefois des cicatrices à l’aine, sur les cuisses ou à la taille.
La greffe de gras, qui sert normalement à corriger les défauts laissés par une liposuccion, peut aussi atténuer une cellulite. La greffe se fait par injection. La graisse est aspirée de la région du ventre pour être injectée dans la zone atteinte par la cellulite.
Remarque : la liposuccion « traditionnelle » n'est pas efficace contre la cellulite. Cette méthode d'aspiration coûteuse qui élimine les amas graisseux peut même rendre la cellulite plus apparente, en ajoutant des ondulations à la peau (de larges « vallées »), d’origine plus profonde. Lors d’une liposuccion, les médecins prennent même soin de laisser une couche de graisse sous la peau afin de laisser le moins de traces possible de l’intervention. Cela étant dit, un type plus récent de liposuccion, la microliposuccion, pourrait améliorer l’apparence de la cellulite
 
Traitement des varices : les techniques chirurgicales
Les strippings (techniques ablatives)Il s'agit d'enlever les veines superficielles principales de la jambe (les deux saphènes). Un câble est introduit par une incision à une extrémité de la veine puis est ressorti à son autre extrémité où il est fixé à la veine. On retire alors la veine en retirant le câble par son incision d'entrée. C’est la technique anti-varice la plus classique.  Elle s'effectue sous anesthésie générale ou péridurale et nécessite une hospitalisation d'un à deux jours
Les sections-ligatures. Afin d'éviter le reflux du sang vers le bas du membre inférieur, on sectionne la veine au dessus des points de reflux sanguin et on la ligature pour l'obturer.
Le laser endoveineux et la radiofréquence permettent d'éliminer les varices de manière moins agressive que le stripping. « Le thermage permet à la peau de mieux tenir en place : elle est lissée et raffermie, ses contours, mieux définis. »Ces deux techniques détruisent la veine variqueuse par l'intérieur, grâce à l'effet thermique du laser ou des électrodes (radiofréquence) qui force la veine à se contracter et à se fermer. Le laser endoveineux est surtout employé pour traiter les grosses varices, dont les saphènes. L'intervention ne nécessite qu'une anesthésie locale et une courte hospitalisation.
À noter  : Contrairement à la sclérothérapie, ces traitements ne sont pas pris en charge par la sécurité sociale.



L’avis du Dr Franck Ouakil, chirurgien esthétique plasticien à Paris
Pour améliorer l’esthétisme des jambes, la technique de référence reste la liposuccion qui s’est très bien affinée ces dernières années.  On utilise aujourd’hui des canules beaucoup plus petites qui font un travail plus régulier. Les meilleures indications concernent les femmes jeunes (elles ont en général une peau plus tonique), plutôt minces et souffrant de la culotte de cheval.  Rappelons que la liposuccion n’est pas une chirurgie du surpoids. Elle vise à l’ajustement de la silhouette en éliminant les bourrelets de graisse. La lipoaspiration donne des bons résultats sur les jambes en poteau et permet aussi de redessiner les chevilles.  Elle est contre-indiquée en cas de problèmes de circulation et de cellulite. On peut aussi parler des implants de mollets qui permettent de les augmenter. Cette technique de plus en plus répandue consiste à insérer l’implant directement dans le muscle. Le résultat obtenu est très naturel même s’il n’est pas tout à fait imperceptible. La cicatrice est située dans le pli du genou. La technique d’implants des cuisses est très développée au Brésil, pays où les femmes apprécient d’avoir la cuisse galbée. Là-aussi, cela permet d’obtenir un résultat stable et valorisant pour des femmes qui jusqu’à présent étaient toujours en pantalon.