728 x 90

Des jambes fines et galbées !

img

Voyons les problèmes spécifiques

- La cellulite
La cellulite résulte d'un dérèglement entre les processus de lipolyse (élimination des graisses) et de lipogénèse (formation des graisses). Associée à la dégénérescence des fibres de collagène qui assurent la fermeté de la peau, cette situation donne un aspect capitonné à l'épiderme. C'est ce qu'on appelle la cellulite.
Concernant la cellulite des jambes, il faut bien faire la différence entre la cellulite qui est un dépôt de graisse localisé avec hypertrophie des cellules graisseuses et  l'œdème des jambes ou des chevilles qui est une rétention d'eau (et non de graisse) dans les tissus.
Mais ces deux choses sont souvent intriquées dans un même cercle vicieux : d’un côté, l'accumulation de cellulite vient gêner la circulation lymphatique en "comprimant" les vaisseaux, d’un autre, une mauvaise circulation lymphatique (et même veineuse) des jambes va favoriser l'apparition de cellulite.
Indispensable au maintien d'une bonne santé, le système lymphatique assure une double fonction. Il protège l'organisme des infections grâce à ses globules blancs fabriqués par les ganglions lymphatiques. Il sert également à éliminer les toxines produites par les divers organes du corps. La lymphe a donc un rôle immunitaire primordial. Elle participe également  au transport d'hormones et au drainage de l'eau dans les tissus mais aussi d'une grande partie des déchets cellulaires (graisses, toxines, protéines...). Certains la nomment "éboueur" des déchets cellulaires. Les œdèmes et les gonflements sont une des premières conséquences du mauvais drainage de l'eau qui réside entre les cellules de nos tissus. Ces tissus se mettent alors à gonfler d'autant plus facilement qu'ils se situent en bas du corps. L’œdème se manifeste au niveau des chevilles et donne un aspect de jambe "en poteau". Ce syndrome est la manifestation la plus répandue du lymphoedème qui peut être également due à une maladie infectieuse.  Le genou peut aussi être englobé dans l'œdème. Au début, cela se manifestera surtout le soir et après des trajets en avion ou voiture, des stations debout prolongées, puis aura tendance à s'installer.

- Les jambes lourdes
La sensation de jambes lourdes est généralement due à une mauvaise circulation du sang provoquée par la dilatation des vaisseaux. « Une mauvaise circulation lymphatique (et même veineuse) des jambes va favoriser l'apparition de cellulite. »Celui-ci stagne et crée alors des gonflements ; cela a pour effet de ralentir  aussi le système lymphatique et peut déclencher de la rétention d'eau. Les jambes, dont les tissus sont alors gorgés de liquide, deviennent douloureuses. Les causes de cette mauvaise circulation peuvent être multiples : héréditaires, hormonales, pondérales ou physiques comme les pieds plats qui diminuent le retour veineux, ou encore dues à une mauvaise hygiène de vie.
La sensation de jambes lourdes doit être prise au sérieux, car l'insuffisance veineuse s'aggrave progressivement, pouvant entraîner des complications comme les varices saphènes ou les phlébites.

- Les varices
L'insuffisance veineuse peut aussi être à l'origine des varices qui sont des veines abîmées et anormalement dilatées, dans lesquelles le sang circule mal et qui ne jouent plus leur rôle correctement, et des télangiectasies (dilatations de vaisseaux capillaires rouges) plutôt inesthétiques. Le plus souvent, les varices se présentent sous forme de filaments bleus à la surface de la peau mais elles peuvent toutefois être internes et donc difficiles à voir.  Quelles soient douloureuses ou non, bien supportées ou gênantes, dans tous les cas, les varices reflètent un problème de circulation veineuse bien avancé. Les varices peuvent aussi atteindre le réseau de petites veines qui débouchent sur les veines saphènes, grosses veines superficielles qui partent des chevilles et remontent derrière le mollet et à l'intérieur de la cuisse, pour se jeter dans une veine profonde au niveau de l'aine. On parle alors de varices saphènes. Mais les varices ne touchent pas uniquement les jambes : elles peuvent se développer ailleurs sur le corps, et notamment sur la vulve en cas de grossesse (varices vulvaires).
Il n'est pas conseillé de laisser ces veines malades en place, puisque le sang y stagne et que toute la circulation de la jambe s'en trouve perturbée, causant œdèmes et douleurs. En outre, une varice peut entraîner des complications cutanées, comme des ulcères. Enfin, d'un point de vue purement esthétique, les varices peuvent être une source de gêne non négligeable.