728 x 90

La rhinite allergique

img

L’allergie est une réaction inappropriée des défenses de l’organisme à un corps étranger alors qu’il ne déclenche pas ce mécanisme chez le sujet non allergique car il est à priori inoffensif. Pour le sujet allergique, ce corps est un allergène, c'est-à-dire susceptible de déclencher la réaction, en l’occurrence la rhinite.

La rhinite est caractérisée par un écoulement nasal clair, la rhinorrée, des éternuements, un picotement laryngé, du larmoiement, et elle s’accompagne fréquemment de conjonctivite et de sinusite. Les maladies allergiques sont souvent associées entre elles, notamment l’asthme et l’eczéma peuvent cohabiter avec la rhinite allergique.

L’origine de la rhinite allergique est souvent héréditaire et touche en général des sujets jeunes. En gros, 10 % des sujets sans antécédent d’allergie chez leurs parents peuvent en être atteints,  et ce taux peut monter jusqu’à 30 % avec un parent atteint et 60 % avec les deux.
La recrudescence des rhinites allergiques est comparable à celle des autres maladies allergiques. En effet, le monde industriel moderne génère de plus en plus de produits chimiques complexes et une variété de produits alimentaires venant des quatre coins du monde. Cette profusion de molécules augmente donc les risques de sensibilisation et par la même la multiplication des allergies.
 

On distingue deux grands types de rhinite allergique :

- La rhinite allergique saisonnière est dénommée plus communément rhume des foins. Comme son nom l’indique, cette rhinite n’est pas permanente mais elle survient à partir du printemps ou de l’automne car elle dépend de l’apparition du pollen des arbres et de la propagation dans l’air de particules de  plantes dont certaines sont très allergisantes : herbes de prairies, foin, gazon, ambroisie ou enfin certaines moisissures. On a vu certains malades déclencher leur crise allergique à la simple vue d’un tableau représentant un pré en herbe !  Pour les sujets atteints du rhume des foins, la meilleure prévention est d’éviter la campagne pendant les périodes où vont sévir leurs facteurs déclenchants. « L’origine de la rhinite allergique est souvent hĂ©rĂ©ditaire et touche en gĂ©nĂ©ral des sujets jeunes »Pour leur permettre cette éviction, il existe des cartes indiquant pour chaque région la période de pollinisation ainsi que la présence des différentes plantes allergisantes. La pluie va clouer les particules en suspension dans l’air au sol et permettre à l’allergique de sortir sans risque de s’exposer.
 
- La rhinite allergique apériodique est ainsi appelée car, par opposition à la précédente, elle dure toute l’année. En effet, son mécanisme de déclenchement est lié à des substances en permanence dans l’environnement. Elle correspond donc aux autres maladies allergiques pour ce qui est de ses facteurs déclenchants. On notera donc comme allergènes la poussière, les acariens, les poils ou plumes d’animaux et principalement les poils de chat, les polluants et matières chimiques, les peintures, les fumées, le tabac, certains médicaments, notamment ceux contenant des sulfites, et également les produits alimentaires qui sont à l’origine de nombreuses  allergies.
À cet égard, on remarquera qu’à l’heure actuelle les pédiatres conseillent de ne pas varier trop tôt l’alimentation des nourrissons car il semblerait qu’une diversification précoce de la diète  favorise la survenue d’allergies.
Parfois, la rhinite allergique peut se compliquer par des otites, majorer un asthme et s’accompagner de maux de tête.