728 x 90

L'alimentation de nos hommes

  • Homme
  • 6559 Vues
img

Les explications du Docteur Jean-Michel Lecerf, Médecin nutritionniste, Chef de service Nutrition à l'Institut Pasteur de Lille.
 
Savoir Maigrir : Quels conseils nutritionnels donner aux hommes ?
Docteur Jean-Michel Lecerf :
D'après de nombreuses études, les hommes se nourrissent moins bien. Les femmes s'intéressent plus à l'alimentation et du coup, elles mangent mieux. Nos conseils de médecin nutritionniste ont du mal à toucher la population masculine qui en a le plus besoin. Dans l'esprit des hommes, les fruits ne représentent pas les aliments les plus forts et les plus virils. Les résidus inhérents à la nature masculine sont les viandes et féculents, aliments de la force qui apportent kcalories et protéines. Ces croyances anciennes ne sont pas adaptées au mode de vie actuel. Les hommes ont besoin d'aliments protecteurs. Car ils sont davantage exposés aux agressions (tabac, stress.). Leur travail physique réclame aussi plus de force. Les fruits et légumes jouent justement ce rôle préventif. À nous de leur montrer que l'alimentation n'est pas pauvre et dénuée d'intérêt. Bien sûr, les hommes recherchent plaisir et facilité dans l'alimentation. Pour eux, les fruits ne se mangent pas vite et facilement. Il faut les laver, les éplucher avant éventuellement de les préparer. Ce n'est pas ce qui plaît le plus à la gent masculine. Certains légumes demandent des efforts pour les découvrir, surtout quand on ne les connaît pas. Les femmes sont plus patientes. Elles croient davantage aux vertus des aliments pour leur santé. Les hommes réagissent seulement une fois qu'ils sont face à un problème de santé. Les femmes font des efforts par rapport aux aliments pour se faire du bien. Alors que les hommes sont plus réticents. De plus, les légumes ont longtemps été considérés comme un accompagnement, une garniture autour de la viande, sans importance. Il est donc essentiel de faire évoluer le contexte gastronomique convivial culturel.

S. M : Comment éviter les déficiences nutritionnelles voire les carences ?
Dr J-M. L :
Pratiquer des activités physiques (marche, vélo.) permet de manger davantage et donc de faire la part belle aux apports en vitamines et minéraux. Il est également nécessaire de varier son alimentation pour diminuer le risque de carences. Certes, il faut privilégier les fruits et légumes. Mais il est particulièrement indiqué de rechercher la qualité alimentaire. A chacun d'éviter les aliments raffinés tels que le pain blanc, le riz, les pâtes et de les remplacer par du pain complet qui empêche les déficiences surtout si on en mange quotidiennement. On puise la vitamine C et le bêta-carotène au sein des fruits et légumes crus (les salades étant remplies de vitamines C et E) et cuits, le zinc dans les viandes, poissons et fruits de mer, le sélénium, toujours dans les poissons, fruits de mer mais aussi les oléagineux. Il est conseillé de manger cinq fruits et légumes par jour (au moins un agrume pour les fruits et un légume cru), de la viande pas plus d'une fois par jour, du poisson et des fruits de mer deux à trois fois par semaine, et deux à trois produits laitiers par jour. Objectif : ne pas faire apparaître de déficiences en vitamine C et bêta-carotène. Bien sûr, mieux vaut limiter les calories vides souvent fortement consommées et qui prennent de la place dans l'alimentation. Halte donc à l'alcool, aux biscuits apéritifs, chips, cacahuètes, sauce mayonnaise, mais aussi sucreries. On élimine 300 kcal par jour utiles mais sous forme d'aliments.

S. M : Quelles précautions prendre en cas d'excès au repas ?
Dr J-M. L :
Sur le plan quantitatif, certains aliments sont volumineux même s'ils n'apportent pas beaucoup de kcalories. C'est le cas des soupes et crudités à très faible densité énergétique, mais à très forte densité nutritionnelle. Pour 100 kcal, il y a beaucoup de nutriments. De même, comme nous l'avons vu précédemment, le pain complet est plus remplissant que le pain blanc. C'est pourquoi il est important de jouer sur le volume. À vous de présenter une assiette normale avec des féculents à votre mari. Ce dernier doit s'efforcer de ne pas se resservir à table. Mieux vaut éviter qu'il ne termine les plats. Qu'il laisse la sauce au fond de son assiette. À lui aussi de se contrôler. Pas la peine de goûter à tout face à un buffet. Il suffit de manger un repas varié, sans oublier de bien prendre le temps de mastiquer les aliments. L'histoire d'être complètement rassasié. Il faut ainsi réduire les excès qualitatifs et quantitatifs. Sinon, on peut envisager la prise de suppléments nutritionnels. Mais il est avant tout indispensable de changer ses habitudes alimentaires.

S. M : Comment s'alimenter quand on est sportif ?
Dr J-M. L :
Tout dépend du sport que l'on pratique. S'il s'agit d'un sport d'endurance (course à pied, vélo, ski de fond), mieux vaut ingurgiter des glucides : des pâtes avec peu de lipides. Il est important de boire beaucoup : 200 ml toutes les demies-heures. S'il s'agit de sports de plus brève durée, mieux vaut cibler une alimentation variée. Le tout dans le cadre d'un entraînement régulier et d'un meilleur contrôle du poids. À la veille d'un exercice ou d'une compétition, le sportif a intérêt à manger suffisamment de tout.