728 x 90

Comment lutter contre le stress ?

img

Les symptômes du stress se manifestent par la fatigue, les difficultés d’endormissement, la perte de concentration, la nervosité, l’irritabilité, la perte soudaine d’appétit ou la boulimie, le sentiment d’isolement, la déprime soudaineet inexpliquée.
Dès l’apparition des premiers signes d’une réponse au stress (battements cardiaques élevés, respiration approfondie, sueurs), le corps mobilise de l’énergie en prenant celle contenue dans les sucres et en l’envoyant là où l’organisme en a besoin. Quelle que soit la situation à laquelle nous sommes confrontés, notre corps réagit de la même façon :
- Le système cardiovasculaire pompe. Les battements cardiaques augmentent. Les artères se contractent pour augmenter la pression artérielle. Les veines se dilatent pour faciliter le flot de sang vers le cœur et l’oxygéner.
- La respiration s’approfondit. Poumons, gorge et narines s’ouvrent pour laisser entrer plus d’air et accélérer la respiration. La respiration s’approfondit pour laisser entrer plus d’oxygène dans le sang.
- Les sens s’aiguisent et sont en alerte. Les pupilles se dilatent pour augmenter la vision,  les poils se dressent, sont plus sensibles au toucher.
- La digestion est interrompue. Les vaisseaux sanguins de l’estomac, de l’intestin et des reins se contractent. La bouche s’assèche. Vessie et intestins ne fonctionnent plus normalement.
- La peau change. Les vaisseaux sanguins sous la peau se resserrent. Les glandes sudoripares s’activent pour vous rafraîchir en suant.
- Le système reproducteurs'arrête. L’ovulation est interrompue et la production d’estrogènes diminue.  Les testicules réduisent leur production de testostérone.


Quelles sont les conséquences du stress ?
 
Le mot "stress" n'a pas qu'une connotation négative. Au niveau de notre perception d’une situation : deux causes différentes peuvent entraîner une situation de stress pratiquement équivalente. Aussi à l'inverse, un même stimulus stressant va déclencher chez des personnes différentes, des types de réactions différentes.Certains vont être pris de panique, d'autres vont se "sentir pousser des ailes". Aussi, le même stimulus stressant survenant à des moments différents de la vie, n'aura pas la même conséquence sur le corps.
 
Il existe deux sortes de stress qui ont différents effets sur le cerveau et le corps :
- Le stress aigu. Il découle d’événements ou de situations spécifiques pour lesquelles nous sentons que nous avons peu de contrôle et qui impliquent des éléments d’imprévisibilité et de nouveauté ou qui menacent nos compétences et notre égo.« Chacun gère son stress diffĂ©remment en s’isolant, en se mettant en colère, en s’entourant… » Ce processus résumé sous l’acronyme : C.I.N.E.  (Contrôle / Imprévisibilité / Nouveauté / Ego menacé) permet d’identifier les situations de stress. La perte du sens de Contrôle, l’Imprévisibilité, la Nouveauté, la menace à l’Égo, provoquent invariablement une réponse de stress et la sécrétion d’hormones du stress.  Le stress aigu n’est pas nécessairement mauvais pour nous, puisqu’il stimule la sécrétion d’hormones qui nous aident à gérer la situation. Il fait partie de notre vie quotidienne.
 
- Le stress oxydatif, lui, découle de l’exposition prolongée et répétée à des situations qui nous font sécréter les hormones du stress. Le stress oxydatif est mauvais pour la santé, il se définit comme une agression chimique et affaiblit notre système immunitaire. C’est la porte ouverte à toutes sortes d’infections (maux d'estomac, de rhumes, bronchites, angines, grippes, maux de ventre, etc. Le tabac, la pollution, certaines drogues peuvent accélérer ce processus.
Plusieurs chercheurs pensent que notre système de réponse au stress n’est pas fait pour être activé constamment. À la longue, il peut même mener à l’épuisement de l’organisme et déclencher des pathologies plus lourdes.
Concrètement, via le cortisol, une des hormones du stress, le stress oxydatif a des effets sur les fonctions cardiaques et la consommation de sel. Une augmentation de la quantité de sueur et le cortisol stimule votre appétit pour le salé. Cela peut aussi entraîner des troubles cardiovasculaires car le délicat équilibre entre le sel et l’eau qui sert à maintenir l’activité normale de notre cœur peut être détruit. Le stress peut aussi mener à des niveaux élevés de cholestérol en augmentant les niveaux de lipoprotéines de petite densité (LDL) ou le mauvais cholestérol. Par ailleurs, si nous sommes chroniquement stressés, le niveau d’insuline demeure bas et le niveau de sucre sanguin demeure élevé. Nos cellules deviennent de plus en plus résistantes ou sourdes au message de l’insuline, d’où le risque de développer une résistance à l’insuline et un diabète de Type II. Lorsque les niveaux de cortisol sont déréglés, cela bouleverse tous les autres systèmes qui en dépendent. Ces effets sont aggravés chez les personnes susceptibles de développer une maladie chronique.